Connect with us

AGENDA

“Paraiso” de Nuno da Rocha ouvre les célébrations du 30e anniversaire du CCB

Opéra de chambre, écrite pour la célébration du 30e anniversaire du Centro Cultural de Belém (CCB), à Lisbonne, tiens sa première le 27 janvier.

Publié

sur

“Paraíso”, chanté en français, a un livret du dramaturge Clément Bondu, est dirigé par le maestro Pedro Neves, et interprété par six musiciens, dont le compositeur lui-même et la soprano Eduarda Melo. La direction artistique et la chorégraphie sont de Marcos Morau.

Outre Nuno da Rocha (guitare), l’ensemble est composé des musiciens André Hencleeday (piano), Paulo Bernardino (clarinette), João Silva (trompette), Raquel Reis (violoncelle) et Marco Fernandes (percussions), qui se joignent par les danseurs Lorena Nogal, Shay Partush, Ester Gonçalves, Emanuel Santos et Margarida Belo Costa.

Le compositeur Nuno da Rocha rappelle à l’agence Lusa qu’il a reçu “une très belle et très ouverte invitation à réfléchir à une pièce multidisciplinaire”, reflétant en quelque sorte les différentes valences artistiques du CCB, qui a fini par aboutir à “Paraíso”.

C’est la première fois que le maestro Pedro Neves dirige une œuvre de Nuno da Rocha, qui qualifie le chef d’orchestre, actuel titulaire de l’Orquestra Metropolitana de Lisboa, de “figure centrale de la musique contemporaine au Portugal”.

NunoRocha 4 1082x720 1
Blom Music Management

” Paraíso ” est ” une sorte de ‘postlude’ ” à une œuvre précédente du compositeur, la pièce chorale-symphonique ” Inferno “, également sur un livret de Clément Bondu, créée en 2020, à Lisbonne.

“Ce qui unit ces deux pièces, c’est que ce ‘Paradis’ est le mythe d’Orphée” et le fait que “chacune” est centrée “sur une figure ‘secondaire’ du mythe”, explique Nuno da Rocha à Lusa. “Le récit du pont entre ces deux pièces, dans ‘Inferno’, se trouve le [batelier] Charon et, dans ‘Paradise’, une des nymphes qui coupèrent la tête d’Orphée “, que Clément Bondu appelait Kalis.

“Ce Kalis raconte le passé et le présent de cet espace à la première personne”.

Selon le texte introductif de l’ouvrage, ” Paradise » est donc l’histoire d’une île où les Ménades « ont fui la terre ferme, les incendies, la guerre et le chaos. Dérivant sur la mer, Kalis et les Ménades ont finalement atteint l’île, où ils ont créé une nouvelle société de partage et de convivialité “.

Nuno da Rocha a reconnu qu’il y a des “références directes” dans cet opéra de chambre et dans la pièce avant la “Divine Comédie” de Dante. “C’est structurellement le mythe d’Orphée, c’est à partir du mythe d’Orphée que ces deux pièces sont créées, et ‘Paradise’ est une conséquence de la première, ‘Inferno’, qui n’a pas de scène”, étant une pièce conçue pour choeur et orchestre.

Le compositeur a invité le librettiste Bondu, avec qui il a des ” affinités “. Les deux se sont rencontrés lors d’un ” atelier ” au Festival d’Avignon, en même temps que le compositeur rencontrait la soprano Eduarda Melo. “Son enregistrement et l’interprétation qu’elle donne est ce que j’imagine, je n’ai presque rien à diriger sur Eduarda, elle donne l’intonation que je veux”, a-t-il confié à Lusa.

Le livret de « Inferno », du poète français Clément Bondu, ” était quelque chose qui a marché “, donc ” on a continué avec ce ‘Paradise’ “, a justifié le compositeur à Lusa.

Nuno da Rocha ne projette pas de tiers possible. Lorsqu’il a terminé ” Inferno “, il a senti que l’histoire ne ” s’arrêtait pas là “, mais il estime qu’avec ” Paraíso “, le thème est clos.

“Imaginez que je fasse la trilogie. Dans ce cas, je voudrais que ce soit trois formes différentes, la première, ‘Inferno’, une pièce chorale-symphonique, avec un soliste non-chanteur, la deuxième pièce [‘Paradise’], un opéra avec danse, une sorte d’opéra-ballet et, s’il y en avait un troisième, ce serait un autre langage, par exemple un film avec ma musique “.

Nuno da Rocha a déclaré à Lusa qu’il ressentait “le poids de la responsabilité”, avec l’invitation au 30e anniversaire du CCB, “mais ce n’était pas un poids négatif”. Pour la “grande institution qu’est le CCB”, il a ressenti “une grande joie”, reconnaissant “un facteur qui fait que les choses se passent bien”.

Diplômé en composition de l’Escola Superior de Música de Lisboa (ESML), où il a étudié avec des compositeurs tels que Vasco Mendonça, Carlos Caires, Luís Tinoco et António Pinho Vargas, Nuno da Rocha a été jeune compositeur en résidence à la Casa da Música, en Porto. Cette période a abouti au “Trio Portucale”, avec des versions créées par le Remix Ensemble et l’Orquestra Sinfónica Casa da Música.

De la composition qu’il a réalisée pour l’exposition “A kills B – imagistic action, Ifigénia and Isaac”, de João Ferro Martins et Hugo Canoilas, présentée au Centre d’art moderne de la Fondation Calouste Gulbenkian, en 2011, à la plus récente ” Paraíso “, ” Inferno ” ou ” Ecce Puer”, Nuno da Rocha ajoute plus d’une décennie d’écriture pour différentes formations et ensembles et un travail développé avec différents compositeurs contemporains, tels que Nigel Osborne, Louis Andriessen, Richard Ayres, Martijn Padding, Jan van de Putte, Micheal Smetanin et Helena Tulve, Magnus Lindberg, Fabio Vacchi, James Wood et Leo Samama.

Il a participé à des initiatives telles que le Festival d’Aix-en-Provence, l’Académie d’été en Autriche, la Rencontre des jeunes compositeurs à Apeldoorn, aux Pays-Bas ; a été sélectionné pour ” Opera Creation – Reflection ” et ” Composer for Voice ” par le Réseau européen des académies d’opéra (ENOA), ainsi que pour le TENSO Young Composers Workshop en Belgique.

Parmi ses œuvres, des compositions telles que “Quatre dernières chansons, quatre personnages du roman de Vasco Graça Moura”, qui était une pièce obligatoire pour la catégorie Chant (niveau supérieur), du Prix des jeunes musiciens, “Qu’est-ce que ce sera de la river without John Cage?”, pour orchestre baroque, Prix du Concours de composition de la Société portugaise des auteurs/RTP, et “I could not think of thee as piecèd rot”, créé par l’Orchestre Gulbenkian.

Il a été invité à enseigner à l’ESML, où il a enseigné la Musique, le Montage et le Montage.

En 2016, il publie son premier album monographique, “Même s’il fait froid”, qui rassemble “toutes ses oeuvres pour voix blanches”.

Lors de la saison 2017-2018, il fait partie des compositeurs nominés pour l’initiative Théâtre Opéra Texte et Écriture Musicale, organisée par le Festival d’Avignon.

Première de “Paraíso” au CCB le 27, à 20h00, au CCB, à Lisbonne.

Le spectacle a la direction artistique et la chorégraphie de Marcos Morau, la direction musicale de Pedro Neves, et met en vedette les danseurs Lorena Nogal, Shay Partush, Ester Gonçalves, Emanuel Santos et Margarida Belo Costa.

Source : Lusa

Advertisement

PUBLICITÉ, ABONNEMENT ET RÉDACTION

Publicité, abonnement et rédaction...Aimeriez-vous faire partie de notre rédaction? Annoncer ou avoir de la visibilité dans notre portail et/ou adhérer à notre Club business?
Ouvrir le chat
1
Salut!
Pouvons-nous vous aider?